CR Pierra Menta été 2019

Julien :

Ce défi a débuté en décembre 2018 lors de l’hivernal des templiers. Sebastien lors de la course, me transmet son envie de faire la Pierra Menta été 2019. Le concept : course en binôme et sur 3 étapes.
Je lui répond, si tu n’as personne cela me tente bien !!!
Quelques jours plus tard, je regarde la vidéo de la quatrième édition et je m’y vois déjà !!!
Donc nous voilà inscrits et la prépa commence déjà.
La veille du départ, on récupère le matériel obligatoire (longe de via ferrata et baudrier) et on part pour Arèches. Nous arrivons à 00h30 et nous apprenons que le départ de la première étape est avancé à 6h15 (OUCH!!!). Avec Seb, on check le profil de l’étape : 27,5 km pour 2525m de D+ et on se dit de suite qu’on va gérer le manque de sommeil et surtout prendre plaisir.

Seb :

Ah l’hivernal des templiers … Course qui n’était pas prévu au programme mais j’ai tellement aimé l’endurance trail des templiers (quelques semaines avant) que j’ai rejoint la fine équipe (Julien, Saadia et un certain Fred Rochette qui a déclaré forfait 😊). Grosse déception me concernant : 7h30 sous la pluie, les 23 premiers kms sans aucun intérêt, bloqué par les retardataires des autres courses, bref très loin du parcours / plaisir de l’endurance trail … heureusement que le premier ravitaillement fait une boucle et me permet de croiser Julien qui lui arrive tout juste. Je décide de l’attendre pour terminer cette course ensemble et c’est à cette occasion que je le motive à s’inscrire à la Pierra Menta été (sans lui donner tous les détails 😊 !!)

 

Etape 1 :

Julien :

Une fois la remise des dossards faite et la vérification du matériel, nous voilà sur la ligne de départ et je me dis : ok c’est du costaud, je suis avec Seb qui connait « quelques » trails difficiles ( Xalpine, La diagonale des fous…) et moi qui ne suis qu’à ma cinquième année de trail avec comme point d’orgue le marathon du Mont Blanc. Donc je reste humble et je me dis que je dois apprendre à chaque pas et surtout que je dois garder du plaisir même dans la difficulté ( une pensée made in Martin Mignot!!!).
L’étape débute par une montée de 1130m D+ et on se situe en milieu de peloton. Par contre aucunes bonnes sensations dans les jambes donc ça va être long. Heureusement Seb gère le rythme et me motive et nous arrivons aux premières manips sur les pentes raides et là c’est encore plus difficile pour moi vu mon gabarit. On enchaîne les parties techniques montantes mais également descendantes et nous arrivons au dernier sommet. Nous attend alors une dernière descente de 9km. On se regarde avec Seb et on tombe d’accord pour lâcher les chevaux et faire la descente à bloc. Cela paye et nous remontons une trentaine de places pour finir 123ème sur 272 équipes arrivées (450 équipes inscrites!!!) en 5h41.

Bilan : ah oui, c’est vraiment du costaud et ce n’est que le premier jour !!! On va donc se reposer pour essayer de faire mieux sur la prochaine étape. Mais heureux !!!

Seb :

Avec 4h de sommeil et un taboulé avalé dans le train la veille, on a déjà vu mieux comme préparation. Pas de stress, on va découvrir un nouveau terrain de jeux, un nouveau format de course entre KV, skyrunning et via ferrata. Premier départ et nous prenons pleinement connaissance de cette course (ça part vite et fort ; nous sommes en milieu de peloton avec une allure à 4.20 km sur les 2/3 premiers kilomètres avant la première montée !! le niveau est là et surtout très dense ; peu de course ou autant de concurrents ont la capacité de maintenir une allure à 900m – 1000 m/h sur une montée de 1100 D+). On découvre également une technique jamais vu en trail pour ma part ; une corde entre les 2 coéquipiers pour aider l’autre dans les parties les plus difficiles. C’est clairement une technique à retenir pour soulager l’un des coéquipiers à un moment donné dans la course. Fin de première montée, on attaque la descente puis la deuxième ascension. Le terrain est très technique, y compris dans les descentes. On change de stratégie dans les côtes. Julien passe devant pour gérer son rythme et rester régulier. Dernière ascension avec les cordes fixes. C’est génial ce concept !! Tout droit ! Nous sommes malheureusement bloqués 15/20 minutes (complètement à l’arrêt) toujours un peu pénible surtout que cela a l’effet de m’endormir … On monte tranquillement (impossible de doubler bien entendu) et arrivons au dernier sommet. 9km de descente pour rejoindre le point de départ / arrivé et terminer cette première étape. Douche, repas et une bonne sieste pour recharger les batteries. Kiné puis podologue et enfin briefing de course. C’est un peu près le même programme chaque jour ; un pur bonheur !

Etape 2 :

Julien :

Avec quelques heures de sommeil en plus (heureusement), on s’attaque à la plus belle et difficile des étapes : 27k et 2900m de D+ avec la montée de Grand Mont comme dernier sommet à plus de 2500m d’altitude. On attaque doucement le début de l’étape (de toute façon je peux pas aller plus vite!!) et se présente à nous la première difficulté : une montée dans un pierrier. Seb me dit : « allez tranquille, on gère ». S’enchaîne ensuite une montée dans un couloir de neige mieux géré et une belle descente avant d’attaquer la grande difficulté du jour : la montée de Grand Mont. Et là je suis à sec, pas de jus, aucune énergie, rien… Je me retrouve nez à nez avec du genévrier (bref je suis à quatre pattes!!) pendant 3km de montée.  Et c’est la première fois que je me dis que chaque pas fait avancer. Je dois m’arrêter plusieurs fois et un secouriste demande à Seb de bien rester derrière moi au cas où !!! Seb est bien et ne cesse de me motiver et j’essaye à minima de profiter du paysage pour me dire la chance d’être là (eh oui m^me dans la difficulté, trouver du positif). Tant bien que mal, nous arrivons en haut de Grand Mont et de nouveau, une nouvelle grande descente de 7km. Seb est au taquetet je me dois de tout donner pour me rattraper du désastre de la montée. A base « allez Ju » ou encore « on va chercher ce groupe », on fait une excellente descente (57ème chrono dans la descente) et on remonte une trentaine de places pour finir 131ème de l’étape en 6H23.

Bilan : je finis sur les rotules mais me dis que j’ai fait le plus dur et que je dois profiter demain. Je ne cesse de m’excuser de ma piètre perf auprès de Seb. Il est zen et me dit que j’ai fais la montée au mental et qu’il a pris un kiffe dans la descente !!!!

Seb :

Après une bonne nuit, départ de la deuxième étape qui est toujours la plus longue et difficile à chaque édition. Après une petite montée de 400D+ pour la mise en route, nous voila devant la première difficulté du jour avec 1200D+. Le parcours débute pars une piste de ski, le rythme est bon, puis un premier pierrier, retour sur la piste de ski, puis un deuxième pierrier pour revenir sur la piste et enfin un troisième et dernier perrier pour parvenir au sommet. Julien a un petit coup de pompe et nous revisitons la technique de l’élastique (Julien s’accroche à moi par le baudrier pour terminer cette ascension). Le nom de notre équipe « les touristes » prend ici tout son sens (quoique l’arrivée à minuit était déjà un bon présage). C’est parti pour la descente, ravito avant d’entamer la deuxième ascension dans la neige. Julien a retrouvé du jus et les 300D+ sont très rapidement envoyés. Descente sur l’ascension finale (point d’eau bienvenue avec cette chaleur). On se retrouve devant un mur !! 750D+ pour arriver à 2700 m d’altitude. Les bâtons sont interdits à mi-parcours (c’est tellement raide que nous montons presque à 4 pattes puis corde fixe pour terminer les derniers 250 D+). Franchement chapeau à Julien qui a trouvé l’énergie pour terminer !! Gros passage dans le dur du coach dans cette dernière montée avec quelques pauses (pas évident d’aider sans se casser la gueule avec ce terrain) et petit échange sympa avec le secouriste quand il a vu dans quel état était Julien 😊 ! Bref nous voila enfin au sommet. Je relance progressivement en descente et l’esprit de compétition est toujours la. Nous avons perdu beaucoup de temps et de places et je veux absolument récupérer quelques places. Touristes mais pas trop non plus. Mode Pacman activé et au final grosse descente, 30 places reprises, 4.15 km sur la piste, 57èmeau scratch sur la descente malgré une petite sortie de route sans gravité mais dans les orties (petit massage pendant quelques heures après) et retour au point départ. Le coach présente quelques signes de défaillance mais il est toujours vivant et heureux ! Encore un gros kiff cette étape !!

Etape 3 :

Julien :

Une étape courte pour finir avec 18k et « seulement » 1500m D+. On est fatigués mais sur cette dernière on se doit de prendre plaisir et essayer de performer. En plus des équipes hommes, femmes et mixtes, les équipes jeunes nous rejoignent et évidemment ça part comme des dératés !!! On part à un bon rythme et on remonte dans la première montée régulière. Puis c’est une montée àen file indienne où il est impossible de dépasser malheureusement car les sensations sont vraiment bonnes. A ce moment, je profite enfin de cette Pierra Menta et je prends mon pied à regarder les paysages et partager cette aventure avec Seb. Sur la dernière montée, c’est un régal avec des bénévoles qui ne cessent de vous encourager et une ambiance au sommet inoubliable. Sur la dernière, évidemment Seb me dit « on se la fait à bloc » et c’est reparti pour 7km qui vont piquer les cuissots. On remonte encore quelques places et sur les derniers lacets, j’oublie la technique et je vais chercher les dernières forces. On se dit qu’on est bien placés sur cette étape et là grosse déception : 145ème !! On met de côté cette déception et on se dit que c’est une réussite de terminer cette première Pierra Menta été avec comme résultat final une 121ème place.

 

Seb :

Déjà la dernière étape ! Départ encore plus rapide mais nous avons maintenant notre rythme / fonctionnement. Je passe devant au départ sur le faux plat montant et passe derrière pour la montée. On monte à un bon rythme même si je sens que nous pourrions accélérer davantage. Problème, nous sommes tous en file indienne et ce serait perdre beaucoup d’énergie pour passer. On attaque la descente toujours freinés par le monde (on passe quelques concurrents mais pas évident surtout avec la pluie tombée la veille). Nous voici au pied de la dernière ascension (pas de baudrier aujourd’hui) mais encore un tout droit ou nous essayons de passer mais encore une fois c’est vraiment raide et il est très difficile de sortir de la trace (qui ressemble vaguement à un chemin). Petit orage de grêle au sommet (très vivifiant pour la peau mais assez douloureux quand on est en tee shirt et short) et il est temps de plonger dans la dernière descente. Encore une fois, beaucoup de place remontées (même si nous n’avons jamais été doublés dans cette étape) et assez surpris par le classement ; seulement 145èmeen 2h58… les écarts sont minimes mais nous avons perdu trop de temps dans les montées en étant bloqués. Très heureux tout de même d’avoir vécu cette course et un classement final qui reste très honnête pour des parfaits débutants. 50% d’abandons / barrière horaire permet très facilement de comprendre la difficulté de cette couse.

Bilan final :

Julien :

Je termine cette première Pierra Menta avec comme impressions que c’est une course vraiment atypique avec un niveau exceptionnel et un terrain à la fois exigeant mais tellement sublime.
J’en retiendrais également et surtout l’expérience partagée avec Sébastien. En tant que coach, c’est à la fois un plaisir et un enrichissement que de partager des courses avec les Xrunners. Mais durant ces trois jours, Seb n’a cessé d’être le leader et a toujours été à l’écoute de mes sensations. On a inversé les rôles et m’a beaucoup appris sur moi et sur notre passion commune qu’est le trail !! J’ai hâte de refaire cette course, évidemment avec Seb, avec comme objectif de terminer dans le top 100.

Seb :

3 jours magiques avec mon coéquipier et quelle découverte !! Droit dans la pente serait le slogan idéal de cette course. J’ai passé un superbe moment en compagnie de Julien. Beaucoup de sourire, quelques gamelles, un rythme à trouver en début de course et puis une entente parfaite. Un gros coup de chapeau à Julien qui a toujours gardé la motivation même dans les moments plus difficiles. On y retournera tous les 2 sans aucun doute !! Nous avons maintenant nos repères et il y a largement la place pour faire mieux tout en s’amusant !

Un petit mot également pour l’organisation au top de cette course !! Parcours incroyables, contrôles réguliers (dossards + coéquipiers ensemble) avec pour objectif principal la sécurité, nourri logé blanchi, kiné, podologue, compex, … Des points d’eau ajoutés compte tenu de la forte chaleur … Une ambiance géniale entre les participants avant / pendant / après course. Une petite crainte pour l’avenir compte tenu du nombre de participants ; quelques ralentissements voir un gros arrêt pour l’étape 1. Sujet toujours délicat mais je pense qu’il faudrait limiter le nombre de participants pour garder ce plaisir intact et surtout conserver un seul et unique départ. Quel plaisir de voir les premiers s’envolés au loin !

 

Seb & Julien