La MCC, ma première course en montagne

Cette course a d’abord été un choix par défaut. Après une Saintélyon 2017 terminée en pleine forme après seulement une année de course à pied et de coaching Xrun, j’ai été trop gourmande et voulu enchainer immédiatement avec l’Ecotrail 80. A deux semaines de l’épreuve, mon genou droit, fragilisé par une rupture des ligaments croisés lors d’un accident de ski en 2005, s’est rappelé à moi.

Je fais donc l’impasse sur l’Ecotrail et entame trois bons mois allégés en course à pieds mais riche en soins, PPG, proprioception, séances de réadaptation concoctées par nos chers kinés avec des conseils personnalisés de technique de course et de travail de la foulée. Le tout en suivant scrupuleusement les plans adaptés par coach Fred.

Les progrès n’ont pas tardé à se faire sentir et j’ai eu besoin de me lancer un nouveau défi. L’orga de l’UTMB lançait justement une toute nouvelle course cette année, destinée aux bénévoles, aux coureurs locaux et aux malchanceux des tirages au sort des diverses courses de l’UTMB. J’avais justement été recalée pour l’OCC, j’ai sauté sur l’occasion.

Philippe et Fred n’étaient pas très d’accord au début pour que je me lance directement sur un 40 km en montagne avec 2300 de D+ et presque autant de D-. Mais je suis un peu têtue… je me suis quand même inscrite en me promettant de m’entrainer sérieusement mais en douceur et de faire l’impasse sur la course au moindre signal d’alerte.

Après des vacances studieuses où j’ai pu suivre le plan de coach Fred à la lettre, au point de le déranger par mail pendant ses vacances car je me demandais comment déplacer deux séances sans chambouler complètement ma préparation. Il a non seulement eu la gentillesse de me répondre pour me proposer une solution mais il ne s’est même pas moqué de moi !

En parallèle du coaching officiel, j’ai pu bénéficier des conseils des copains Xrunners plus expérimentés lors de nos séances d’entrainement mais surtout, de la précieuse aide de ma coach de l’ombre, Nathalie 😉

Je me rends à Chamonix deux jours avant la course pour profiter un peu de la montagne en famille. Nous avons eu une météo magnifique pendant tout le séjour. Le dernier petit footing d’affûtage se passe très bien. Les feux ont l’air au vert.

Le jour J je me rends sur le ligne de départ en pleine forme même si la nuit fut blanche…impossible de fermer l’oeil. Une nouvelle copine rencontrée à l’hôtel et avec qui j’ai pris la navette de Chamonix à Martigny me prend en photo juste avant le départ. Je la poste sur le tchat du groupe Xrun. Les copains m’envoient des messages d’encouragement qui me font beaucoup de bien 😉

Le départ est donné dans une ambiance survoltée, on est vraiment à l’UTMB !

Martigny-Col de la Forclaz : 8 km/1030D+ (BH 2h45)

Le terrain est plutôt facile même si ça grimpe sec tout le long, sans répit. Le coach et les copains m’avaient bien prévenue qu’il ne fallait pas me griller sur cette partie mais bon, comme à chaque fois, je pars un peu trop vite. J’arrive au col de la Forclaz en 1h27 en pleine forme, j’avais quand même pris soin de bien boire, il commençait à faire bien chaud.

Col de la Forclaz-Chalet des Grands : 5,4 km/620 D+

Après 3km de “plat” on enchaîne sur une montée hyper raide de 2 km sur un terrain très technique. Interminable ! J’ai cru être arrivée au bout de ma vie…J’ai dû m’arrêter pour m’alimenter à cause d’une sorte de fringale et de vertiges. Je payais ma “folle” allure du début de course ;D

Chalet des Grands-Col de Balme : 3,8 km/200 D+

Portion avec moins de dénivelé mais très technique en flan de montagne quasiment sans sentiers, avec des rochers à monter et à descendre sans arrêt, des endroits où il fallait se tenir à des chaînes etc. Épuisant, mais avec des panoramas époustouflants, avant d’arriver au point culminant de la course, le Col de Balme (2191m).

Col de Balme-Le Tour (7,5km/ 600D-)

Au col de Balme, on a enfin eu un peu de fraicheur et un panorama grandiose ! Je me pose 5 minutes. Je prends un peu de soupe, je ne supporte déjà plus le sucré. Je remplis une de mes gourdes d’eau pétillante et j’entame la descente. C’est long une descente de 7km…surtout pour les orteils… Au Tour, je croise ma petite famille venue m’encourager mais je ne m’attarde pas, un bisou rapide et je repars vers Argentières, j’ai envie d’en finir vite, très mal aux orteils.

Argentières- Chamonix (12 km) BH 17H30

J’arrive à Argentières à 16h44 donc très large au niveau de la barrière horaire, même si j’avais perdu énormément de places lors de la montée du chalet des grands. Je décide de m’arrêter m’alimenter en salé, soupe et fromage et retire ma chaussure pour voir un peu les dégâts : chaussette ensanglantée. Je me rechausse vite fait et décide de serrer les dents jusqu’à Chamonix, pas envie d’aller me faire soigner et de perdre encore du temps alors que j’étais si près du but. J’avais quand même fait le plus dur. Sur le profil de course, je pensais avoir une longue ligne droite descendante d’Argentières à Chamonix, eh bien non, c’était encore vallonné, sinueux et bien technique à certains endroits, mes orteils on encore bien dégusté.

L’arrivée à Chamonix fut triomphale, avec des encouragements et un public tellement enthousiaste qu’on se laisse prendre au jeu ! Ma fille a couru les derniers mètres avec moi pour encore un peu plus d’émotion partagée. Elle parle de commencer à s’entrainer et de s’inscrire à des 10km pour commencer…la magie de Cham.

Bilan : j’ai adoré cette course : l’organisation est parfaite et extrêmement bien huilée, son parcours varié présentait un condensé de ce qu’on peut rencontrer en trail (d’après quelques coureurs expérimentés avec qui j’ai parlé pendant et après la course). Antoine avait raison, c’était la course parfaite pour moi. Ça y est, je suis contaminée par le virus des sommets 🙂

Je récupère tranquillement, le seul bobo à déplorer est un ongle arraché, sans passer par l’étape ongle noir. Presque rien quoi.

J’ai ajouté grâce à la MCC, 2 points aux 4 de la Sainté. Je peux donc m’inscrire à l’OCC 2019 et croiser les doigts pour le tirage au sort.

Merci Xrun de m’accompagner dans mes aventures les plus folles 😉

Yasmine