OCTOBRE 2015 : M+1 du Xrun Trail eXperience

Et voilà, cela fait un bon mois que l’aventure Xrun/trail eXpérience a débutée.

Il y a déjà tellement à dire qu’il est difficile de savoir comment et par où commencer à raconter ce qui a pris naturellement sa place dans ma pratique sportive.

Petit flashback :

Mars 2014, Ecotrail de Paris 30km premier trail « long ». Comme j’avais déjà fait 2 marathons, (trop fort le gars!!!), courir 30km ça ne pouvait qu’être une promenade santé. Enfin c’était ce que je croyais avant de le faire.

Pourtant je m’étais entraîné, Bois de Verrières, Meudon, Clamart, Chaville, St Cloud, Boulogne, Vincennes, la vallée de Chevreuse, tout y est passé. J’ai fini par connaitre par leur petit nom tous les cailloux et toutes les racines du coin et des alentours. J’ai aligné les kilomètres sans me soucier d’autre chose que de mettre un pied devant l’autre. 1km à pied, ça use, ça use… et pas que les souliers. Mais bon, je suis un homme, un vrai, un dur, un tatoué (en fait non). Je n’ai pas écouté, je suis à moitié sourd donc pourquoi écouter, on se le demande. Je n’ai pas demandé, ni cherché des conseils puisque j’avais déjà tout lu, tout vu et presque tout fait. Marathonien un jour, Marathonien toujours, la bonne blague.

– Vous ne trouvez pas que c’est un peu lourd mon flashback ?

– Allez, avouez-le, je vous gonfle.

– Non ?

– Ok vous l’aurez voulu je continue.

Arrive le grand jour, une tendinite au tendon d’Achille qui n’en finit pas, rien de plus normal puisque la raison du plus fort est toujours la meilleure. Et le plus fort c’est bibi, pas mes tendons.

– Abrège, ça devient lourd.

Bon, je fais les 30km, dont une bonne dizaine en marchant, d’un seul coup je suis moins fier. Saloperies de côtes de 25% que j’ai grimpées à 4 pattes. Oui je sais j’exagère un peu, mais à peine, les côtes ne faisaient que 2,5% et je n’étais pas à 4 pattes non plus.

Bref… je finis au sprint au moins sur… 10 mètres, vanité quand tu nous tiens, et j’ai un beau maillot avec lequel je vais pouvoir frimer un peu dans les allées du Parc de Sceaux.

Mais surtout, j’ai adoré cette course et à peine terminée je n’avais qu’une envie c’était de m’inscrire aux 50km l’année suivante. En vérité j’avais surtout envie de faire pipi, mais ça ne se dit pas, il parait.

Ensuite tout s’est enchainé très vite.

Inscription à l’Ecotrail de Paris 50km en Juillet 2014

Découverte des entrainements de préparation Xrun et là enfin je comprends qu’on ne fait rien de bon en s’entraînant tout seul dans son coin, même en ayant lu tout ce qui peut exister sur la course à pied. Bien sûr on progresse tout de même, un peu, mais on fait aussi et surtout des erreurs.

J’ai suivi tous les entrainements Xrun (sauf un), écouté religieusement leurs précieux conseils, commencé à comprendre que courir à pied ce n’était pas seulement aligner des km les uns après les autres.

Le début de la sagesse, enfin.

Je m’inscris au concours Xrun, je leur fais une zoulie lettre de motivation, je me transforme en vendeur au sourire ultrabrite de moi-même et…

Je fais les 50km dans un état de béatitude proche du nirvana, je fais un temps…pourri, il faut bien le dire, mais j’ai des excuses.

Vous savez bien, quand on fait un mauvais chrono, c’est la faute du vent, des autres coureurs devant vous qui vous ont empêché de les doubler, des ravitos où il n’y avait plus rien ou trop d’attente, mais ce n’est jamais de votre faute. Sinon ça se saurait.

Mais au moins les entraînements Xrun m’ont déjà appris plusieurs choses :

– s’économiser,

– ne pas se blesser,

– écouter son corps (j’ai acheté un sonautone spécial « Gémal »),

Et tout un tas d’autres petits trucs qu’il serait trop long d’énumérer ici.

Quoique…

Ok, ok, je vais à l’essentiel.

Miracle je gagne le concours Xrun/trail eXperience

Juin, journée découverte au parc de St cloud pour faire connaissance.

Septembre les choses sérieuses commencent.

Rdv sur la piste à Suzanne Lenglen, nous sommes 2 (Anne-Pia, la gagnante femme) et moi-même.

Pris en charge par un kiné qui nous fait passer toute une batterie de tests divers et variés, puis ensuite test de VMA avec d’autre joyeux lurons.

Le test VMA, vous savez, c’est le truc qui vous fait vomir à la fin. La torture du coureur à pied moderne.

Tout se passe bien, le kiné est très présent et attentif.

Quelques jours plus tard, je reçois le résultat de mon test VMA et mon programme de PPG (Préparation Pour Glander).

Trop facile, des abdos, du gainage, travail des dorsaux, chaise et autres fantaisies, dont corde à sauter… ha ha ha

La corde à sauter, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. Sauf que ça fait au moins 45 ans que je n’ai pas fait de corde à sauter.

Bref… on en reparlera de cette corde à sauter.

Arrive le PREMIER SAMEDI d’entraînement avec la team Xrun.

On se découvre, je retrouve une ou deux personnes que j’avais déjà croisées par ailleurs.

On fait connaissance avec Frédéric qui sera notre entraineur (notre bourreau) pour les 6 mois à venir.

À la fin de la séance, entretien individuel avec le Philippe le Kiné et Frédéric le coach.

Ha oui j’ai oublié un truc super important. Chez Xrun, à toutes les séance d’entraînements il y a un kiné et un coach pour encadrer la séance.

Je reviens à mes moutons.

Donc, je disais entretien individuel.

On fait un bilan de notre passé sportif, de nos expériences de nos objectifs.

Je rentre chez moi tout excité par cette première « vraie » séance et j’ai hâte de découvrir mon programme d’entraînement que je reçois rapidement.

J’organise les séances d’entrainement avec la PPG en fonction de mon emploi du temps.

Le programme d’entraînement est parfaitement adapté à mon rythme et à mon niveau.

Il y a du fractionné court, du long, de la VMA, du seuil, des SL et l’entrainement du Samedi matin qui permet de retrouver la team et de faire le point sur la semaine écoulée.

Le programme est établi pour un mois et chaque début de mois un point est fait avec le coach pour préparer le mois suivant.

Tout est pris en compte, le ressenti, la difficulté ou pas à faire les entraînements, les compétitions à venir, les petits bobos et le REPOS.

Je ne sais combien de fois, Philippe l’a répété, mais le REPOS fait partie de l’entrainement. Pas de progression sans repos.

Au bout de ces 6 premières semaines, je suis le plus heureux des coureurs.

J’ai l’impression, et pas que, d’avoir déjà fait des progrès. Surtout en corde à sauter…

La corde à sauter devenue ma meilleure amie, j’ai appris à l’apprivoiser petit à petit. Mes collègues, famille et amis, se sont gentiment moqués de moi (carrément foutu de ma gueule en fait). Je suis encore très loin d’être un pro de la corde mais je ne me prends plus les pieds dedans, presque plus.

Le Samedi et souvent le dimanche sont l’occasion de nous retrouver tous ensemble, la team, le coach et le kiné pour des séances encadrées ou chacun à son niveau trouve sa place. C’est même peut-être une des caractéristiques principale de l’entrainement avec Xrun. Quelque soit le niveau de chacun dans le groupe, le suivi est individualisé et on ne nous demande pas d’être tous des Killian Jornett et de nous tirer la bourre à la moindre occasion.

On cours à son rythme, selon son niveau, on évite de se blesser et parfois on termine les séances en mangeant des macarons faits maison.

Sans titre 18.42.48

NOVEMBRE 2015 : M+2 du Xrun Trail eXperience

Fin Novembre déjà.

Pratiquement 3 mois que l’entraînement a commencé à avec Xrun Xtrail.

En toute humilité, je dois avouer que les progrès sont bien présents. Il suffit de comparer les premières séances concoctées par le coach Frédéric et ce que je suis capable d’encaisser maintenant ; il n’y a pas photo.

Et pourtant, ça parait tellement facile. C’est venu progressivement, sans excès de travail, sans aucune blessure simplement en suivant le programme établi d’un commun accord au départ.

Travail de VMA courte ou longue, seuil, sorties longues, compétitions, sans oublier la PPG et le REPOS, j’ai appris, j’apprends à faire mes gammes et même si parfois il m’arrive de fanfaronner un peu (beaucoup ?) je suis en mode « éponge ».

J’écoute, je m’imprègne de l’expérience des autres, des conseils de Frédéric et Philippe.

J’allais oublier. J’ai fini par apprivoiser cette fichue corde à sauter et enfin depuis une dizaine de jours j’arrive à faire 2 fois 30 secondes sans m’arrêter, magnifique non ?

Bon, je dois être à peu près aussi élégant qu’un hippopotame qui fait des pointes mais comme je fais ça tôt le matin dans le noir, personne ne me voit, donc tout va bien. Vous ne croyez tout de même pas que je vais m’exhiber en plus, non mais ho !!!

Tout ça pour dire que Xrun c’est juste que du bonheur depuis 3 mois.

On est à peu près à la moitié du chemin ; l’objectif à atteindre, l’Ecotrail de Paris 2016, est à la fois tout proche et si lointain encore, mais il n’est jamais perdu de vue.

Xrun c’est aussi ça. On travaille sur un objectif sans se disperser. On peut bien sûr faire quelques aménagements, il n’est pas question non plus de devenir moine bouddhiste, mais on reste sur un objectif principal et tout ce qui est fait doit amener à être prêt le jour J.

Et ça me démange cet objectif, ça me démange…

Sinon quelques chiffres tout de même.

4 minutes de mieux sur semi entre 2014 et 2015

5 minutes de mieux sur un trail de 15km entre 2014 et 2015

2h20 pour ma première Bynight, courue une bonne partie dans le noir pour cause de panne de frontale. Comme quoi même sur des petites distances, on doit prendre en compte tous les paramètres et ce n’est pas un jeu de piles de rechange qui m’aurait ralenti.

La leçon est retenue et l’année prochaine mon objectif c’est de fnir devant Philippe.

Quitte à se mettre la pression autant y aller fort !

Pascal.H