Voici un petit résumé de mes dernières courses : le semi-marathon de Vincennes et le DUST…

Le semi de Vincennes était pour moi la fin d’un cycle tourné vers la vitesse en vue de la Saintelyon. Je savais que cette course n’était pas la plus relevée, ni le parcours le plus rapide de l’année mais je tenais à m’y engager. J’habite en bordure du bois et ses chemins sont mes parcours d’entrainement presque quotidiens.

La course a été relativement difficile pour moi car je me suis retrouvé seul dès le départ. Maintenir une bonne allure avec le vent, les faux plats interminables et les multiples relances n’a pas été évident.

Je réalise finalement 1h09m58, dans ces conditions je suis vraiment content de bonne augure pour la suite!

La suite justement va se passer plus au sud… Bien plus au sud!

Début octobre on me propose de participer au DUST, une nouvelle épreuve organisée par Bruno Pommart un des fondateurs du Raid Amazones et de la Saharienne, entre autre.

Il s’agit d’une course à étape, 30km/jour sur 3 jours dans le desert marocain au sud du Maroc du côté de Dakhla.

Je ne refuse pas cette belle aventure, je me dis que finalement cela pourrait me faire un bon bloc de volume en vue de la Saintelyon.

Côté course de très bons coureurs marocains sont annoncés au départ. Il y a notamment El Mouaziz, double vainqueur du marathon de Londres en 1999 et 2001 et New York en 2000. Un palmarès qui force le respect. Cette année à 46 ans il a encore terminé 2eme du marathon des sables, un sacré client!

Départ de la première étape, le groupe de tête se forme, 5 marocains et moi. Je me dis qu’il vont m’en faire voir de toute les couleurs. Mais finalement les jambes répondent bien et me retrouve rapidement devant. Dans les dunes un marocain me double sans que je puisse l’accrocher. Un autre est 100m derrière moi. L’écart augmente avec le premier, je ne le vois quasiment plus. Les paysages sont magnifiques j’en prends pleins les yeux.

Au km 21, le marocain qui était derrière moi revient et force l’allure, il s’agit de El Mouaziz. On revient sur le premier qui craque complètement. La course est complètement relancée! Nous sommes tous les deux en tête de course la ligne d’arrivée se profile. El Mouaziz accélère encore… Je lâche quelques mètres. Il reste 1km et nous voyons l’arrivée, je sens que je reviens sur lui. Je lâche tout et le double pour aller chercher la victoire. Incroyable retournement de situation. Je n’ai jamais pensé que je pouvais gagner pendant l’étape. Je suis vraiment surpris car c’est ma première expérience dans le désert et la chaleur.

Les deux étapes suivantes ne seront pas du même acabit, les marocains ne me laissent aucune initiative et me suivent à la culotte. Un lièvre mène jusqu’au semi et El Mouaziz accélère progressivement jusqu’à l’arrivée. Je m’accroche comme je peux. C’est une belle leçon de sport de courir avec eux.

Je termine 2e et 3e des deux autres étapes, 2e du classement général.

Cette course a été une expérience incroyable. Un mélange de rencontre, de partage dans un cadre majestueux!

Un conseil, foncez vivre cette expérience en 2016 !

Place maintenant à la Saintélyon… :)  QPEvM3ByF52K3BK0_B2ItDa1bm9Cqb2JI6QNF6UJf6U

Crédit photo : DUST / Pierre Costabadie