Il pratique la course à pied depuis son tout jeune âge et suite à ses études universitaires dans le milieu du sport, il entraine en club d’athlétisme où il a goût à partager sa passion et transmettre ses conseils avec convivialité. Ambassadeur Xrun, il nous livre dans cette interview, ses expériences running ainsi que ses futurs objectifs pour la saison 2018. 

 

Que signifie pour toi être ambassadeur pour Xrun ?

C’est une grande fierté que de représenter par mes performances sportives une Start’Up comme Xrun. Sa philosophie (Sport, santé, convivialité) et son projet pour la course à pied me plait énormément.

Quel est : ton plus beau souvenir en course à pied ?

Une finale d’interclubs élite en 2001 sur 3000m à Montreuil. J’y ai réalisé mon record (8’26) et les sensations ressenties pendant cette course me marquent toujours.

Et ta plus forte déception ?

Le marathon de Chicago 2017. Je ne m’étais jamais autant investi dans ma pratique de la course à pied. Je pense que j’étais vraiment en bonne forme mais je suis tombé malade au mauvais moment. Le résultat final est une grosse déception (2h37 pour un objectif à 2h24) mais la préparation reste un superbe moment.

Quels sont tes objectifs pour cette année 2018 ?

Pour le moment, le seul objectif défini est le marathon de Londres le 22 avril. Pour la suite, je déciderai après.

Les ambassadeurs Xrun soutiennent chacun à leur manière les Xrunners et Xrunneuses. Quel peut-être le meilleur conseil à leur donner ? Surtout en ce moment avec les conditions météos un peu coriaces qui laissent parfois voir une baisse de motivation et/ou de forme.

De part ma double casquette de coureur ambassadeur et de coach pour Xrun, donner des conseils est mon quotidien.
En cette période hivernale (froid, pluie, neige, nuit, …), beaucoup connaisse une période de fatigue. Il ne faut pas hésiter à en discuter avec son entraineur pour que le programme soit adapter en conséquence. Tout est question d’équilibre. Il faut toujours être à l’écoute de ses sensations et apprendre à se connaitre pour respecter sa propre période de récupération après un entrainement intense pour ne pas basculer dans un état de fatigue un peu trop intense qui va jouer sur l’envie, la forme, et des blessures possibles.

Marc, on te voit beaucoup sur route. Quelle est la distance que tu préfères et pourquoi ?

J’aime beaucoup le 1500m. L’épreuve de demi-fond qui demande à l’athlète d’être le plus complet. Le coureur doit être bon du 400m au 10km. C’est ce qui la rend complexe et passionnante à entrainer.

Xrun remercie Marc pour la transmission de sa polyvalence !