Ma Marathon Race à moi alias « Ma course aux plus belles sensations » 

13335548_10154322998161037_518615151123312635_n

A peine revenue d’Annecy, je tenais à partager avec vous, mon pur kiffe de ce week end sur la marathon race d’Annecy.

Un week end entre xrunners : où j’ai assisté Sam et Manu sur leur relais, un beau moment d’amitié que j’ai réussi a immortalisé avec mon portable, un relais de passionnés du Trail qui donnent tout jusqu’à la fin, j’ai aussi partagé le départ avec Muriel (Girl Power). Manu m’avait briefé sur le parcours, cela m’a beaucoup aidé pour les passages où sans tes infos, je n’aurai surement pas relancé. Merci mon Manu !

Lorsque je me suis inscrite sur cette course, peu de temps après, je me suis dis que l’objectif était peut être trop grand pour moi, ou peut être était-ce encore trop tôt :      42km 2800m D+  OMGGGGG c’est la cour des Grands!

Fred, alias « super coach » me lance THE défi : respecter son plan …et comme j’aime les défis…j’ai décidé de suivre les trainings à la lettre (si si je le jure)

Allons à l’essentiel :

1er trail en Montagne pour moi, je me pointe sur la ligne de départ, j’y retrouve Muriel, nous voyons Vincent, un petit selfie ensemble, on a le smile, la vie est belle, on est à Annecy pour faire un super trip 🙂 WHATS ELSE ?

Deux SAS de départ <7h et <8h , j’opte pour le second évidemment, avec pour objectif de 10h de course, enfin, surtout celui d’être finisher.

Je plante le décor : averse, orage et boue, le parcours va être modifié car trop dangereux.

Le départ sonne, j’ai l’impression de partir sur l’UTMB dans ma tête ahah, mais confiante (je garde à l’esprit que je suis préparée : j’ai respecté mon plan) et je suis surexcitée par le challenge.

Je sais qu’il y a 2km de plat, parfait! Cela sera mon échauffement.
Ensuite, commence la 1ere partie du dénivelé, la montée sur le col de la Forclaz (700D+), il y a un énorme bouchon où l’on reste parfois à l’arrêt total mais cela me convient bien, je gère mon rythme en marchant et en m’aidant de mes bâtons (1ere utilisation), mon objectif étant d’avancer sans m’arrêter ni  me mettre dans le rouge. Je mets en pratique quelque chose de simple et efficace que j’ai validé sur plusieurs courses : rester à sa place en toute humilité, monter à mon rythme, ne pas tenter le diable en voulant pousser dès le début. 1ère descente qui arrive, elle me parait magique, je me sens en super forme.

Je passe le chalet de l’Aups, super décor, des alpages à perte de vue mais aussi l’arrivé de la pluie, la découverte de la boue, de la vase aussi.
La brume est intense, on y voit à peine, il fait un peu plus frais en haut .
On monte encore et encore, je me familiarise avec mes bâtons, je sens que mes cuisses travaillent mais je me sens bien, je gère mon effort, je m’alimente et je m’hydrate régulièrement : toute première fois pour moi que je fais attention à ces points essentiels (pour ceux qui ne le savent pas, je suis diabétique, et la gestion des glycémies (niveau de sucre) est vitale pour moi).

Rassurée sur ce point, je continue mon chemin dans une boue de plus en plus intense et glissante : même le MUD DAY c’est de la rigolade à côté de ce que j’ai sous les pieds ahah mais cela m’amuse 🙂
Je rencontre un ami à moi (ultra traileur) avec qui je partage un bon bout de chemin. Je marche en montée, je relance systématiquement en haut et je run sur le plat et « fonce » dans les descentes, voilà mon concept sur cette course que j’ai décidé de maintenir jusqu’au bout !
On fait un 1er détournement, et là , direction une descente vertigineuse, qui est très technique, très glissante et qui semble ne plus s’arrêter : je suis dans une bulle de joie. J’adore cette course !J’utilise mes bâtons, en m’appuyant avec légèreté dessus, je valide leur utilité également dans les descentes.

Il pleut de plus en plus fort, j’aime ca, cela rafraichit le corps et l’esprit 🙂
27km l’unique ravito (solide), je recharge l’ensemble de mes bidons + poche à eau et me dirige vers le coin « fromage » avec envie (depuis mon 50km de l’éco trail, j’ai des envies de salé en particulier de fromage systématiquement sur les courses lol)

Arrivée à Menthon Saint bernard en 1099ème position au scratch, je décide d’augmenter la cadence, je me sens en forme, autant accélérer.
Nouvelle montée, à priori la plus lourde, l’orage est là, les bénévoles nous guide vers le repli Mont Baron, la météo est chaotique ,je ne fais plus attention cela fait des heures qu’il pleut à torrent, j’ai le sourire car j’aime les sensations que je ressens sur cette course donc on repart …les bénévoles sont nos « anges gardiens » ils nous encouragent tellement fort que je me demande qui sont les plus courageux ? Nous, en train de courir des km dans la boue et eux qui restent immobiles dans le froid et sous l’orage?
Je suis désormais à la 1039ème place (je viens de doubler 60 personnes, je le découvre en regardant à l’instant le suivi sur le site maxi race ahah enfin je ne le sais pas sur le moment).

Je suis de plus en plus confiante, l’endorphine m’envahie, je ne sens que du positif, je fonce en descente, je me sens à l’aise sur ce terrain très dangereux, je prends des risques (une aventurière reste une aventurière) mais je sens que mes appuis sont forts, j’ai pris le coup avec mes bâtons, je double encore 25 traileurs et arrive en pouvant tenir un bon rythme jusqu’à la fin…ce moment magique où je passe la ligne d’arrivée et je me dis  » vite vite je veux me pointer sur une prochaine course ».

Résultat, 7h16 de bonheur, de pur bonheur, 60ème de ma catégorie, j’ai adoré cette course avec toutes les difficultés qu’elle présentait. J’ai volontairement mis quelques chiffres pour agrémenter mon CR mais la plus grande satisfaction pour moi sur cette Marathon Race ne peut pas se mesurer, les sensations étaient magiques.(l’endorphine doit être décuplée chez moi). Je pensais que j’allais »subir » cette course,  les conditions étaient terribles, mais pour la 1ere fois, je me suis sentie « à la hauteur » pour devenir finisher et ce, avec un baromètre de 100% de satisfaction niveau plaisir et sensation.
Dire qu’il y a un an, je souffrais en essayant de monter juste une fois le fer à cheval de ST CLOUD…et là je viens de finir la marathon race…

Merci Fred pour ton plan et ce défi, je pense avoir fait le job !

Marie-Laure.

ML