Coupure et récupération en course à pied, les préconisations de notre entraîneur et traileur Adrien Tarenne

Une fois par an au moins, arrêt total de l’activité physique pendant 15 jours puis reprise sans course à pied pendant 15 jours à 3 semaines avec d’autres sports d’endurance (natation, vélo…). Si on est en vacances et qu’on a l’opportunité de faire un stage de kite surf ou d’alpinisme par exemple, c’est une bonne alternative, sans forcer, et aussi (surtout) au moins une séance de ppg-renforcement musculaire par semaine. Tout ça permet ensuite de ré-attaquer l’entraînement spécifique course à pied dans les meilleures dispositions : à la fois reposé et solide. 

On peut placer cette coupure après un objectif majeur qui a demandé un investissement physique et psychologique particulièrement important. Mais aussi selon son calendrier perso/pro (vacances). La lassitude récurrente de l’entraînement, les pépins physiques à répétition qui mettent plus de temps que prévu à se résoudre sont également des signes qui peuvent orienter vers une coupure de ce type.

En plus de cette phase annuelle de coupure assez stricte, on peut prévoir 2 à 3 phases de régénération, toujours de préférence après des objectifs. On maintiendra la course à pied mais sur un volume, un nombre de séances hebdo et un niveau d’intensité moindres, en essayant toujours d’insérer d’autres sports et/ou de la ppg. Ces phases peuvent durer 3 à 6 semaines selon la récupération et la motivation du coureur.