Sans titre

Coureur depuis près de 10 ans et après 8 marathons, je me suis lancé le défi de passer sous les 3h au marathon. Avec un record de 3h02 en 2013 lors du marathon de Paris, je me suis dit que la mission n’était pas impossible.

Après avoir épluché tous les sites internet de course à pied, j’ai jeté mon dévolu sur le marathon de San Sebastian dans le pays basque Espagnol…  « Fast and Flat », avec une telle devise, on ne pouvait pas se tromper.

Membre Xrun depuis avril 2015 et un 3h06 obtenu au Marathon de Paris 2015, j’ai suivi à la lettre mon plan d’entrainement élaboré par Marc, mon coach, plan d’entrainement bien ficelé qui m’a permis d’arriver en forme et frais pour attaquer ce nouvel épisode de ma vie de Serial Runner.

Me voilà donc embarqué avec mon frère pour un week-end haut en couleurs avec plus de 7h de route. Ah l’Espagne… Ses douceurs, sa joie de vivre et sa San Miguel nous ont accueillis les bras ouverts, mais nous n’avons pas cédé à la tentation !

6h du mat’ le réveil sonne. On a beau se dire que c’est son 9ème marathon, l’appréhension est toujours au rendez-vous et la peur de ne pas terminer se fait de plus en plus sentir, à chaque bouchée de gatosport.

Me voilà sur la ligne de départ, dans le sas des 3h, et au rythme de « Highway to Hell » le départ est donné. Nous partons avec les coureurs du semi-marathon pour un parcours composé de 2 boucles en bord de mer et dans le centre-ville. Les conditions météo sont idéales, pas de vent ni de pluie. Je respecte presque à la lettre mes temps de passage et les consignes de mon coach, en passant au semi en 1h30. Je garde le rythme jusqu’au 27ème km mais je sens la fatigue arriver. Je sais que je suis encore dans les temps et que même si je n’ai pas de marge, je peux y arriver. Malheureusement, je n’ai pas pu éviter le fameux mur et mon allure moyenne a considérablement baissé, voyant tous mes espoirs de passer sous les 3h ou de battre mon record s’envoler. Qu’à cela ne tienne, je profite de l’ambiance chaleureuse de ces derniers kilomètres pour finir en 3h05… Je réalise quand même mon 2ème meilleur temps sur marathon !

« Fast and flat » je vous le confirme. Ce marathon est idéal pour faire une perf dans une très belle ambiance et bénéficie d’une très bonne organisation avec des ravitaillements tous les 3km. Le parcours est simple avec deux boucles quasi identiques, et je vous l’assure, il n’y a pas de dénivelé… Les 3500 finishers semblaient tous ravis et unanimes, c’est un marathon à faire et à refaire et pourquoi pas un jour sous les 3h…

David

@Serial_Runner