Passionné de course à pied et de course d’ultra, Fred aime partager ses expériences avec les autres coureurs grâce à des compétences techniques tout en restant pragmatique. Il s’est donné pour objectif d’établir une marque significative sur le Championnat de France de 24h le 8 octobre prochain à Vierzon.

Pourquoi ce désir de te mettre au défi sur 24h ? Qu’est ce qui t’a poussé à t’y inscrire (pour la seconde fois !) ?
Ma première participation aux championnats de France il y a 5 ans s’était soldée sur un semi-échec. Malgré ma 5ème place, j’ai très mal géré la nuit ainsi que l’alimentation et je n’étais pas préparé mentalement à ce genre d’effort en continu. J’ai profité d’un recentrage sur le 100km entre 2013 et 2016 pour améliorer mes références sur l’ultra-route et, après mon record battu en 2015, j’ai décidé de tenter de nouveau l’aventure avec cette fois-ci le recul nécessaire.

Les 24h du Quai du Cher à Vierzon, offre un parcours de 1km, plat avec 99% de bitume. Quels sont tes ressentis concernant ce circuit atypique ? 
La boucle de 1000m peut paraître être inhumaine à ceux qui ne connaissent pas les 24 heures mais ce type de parcours est nécessaire. En effet, nous profitons d’une assistance en continue et absolument indispensable car l’objectif est de s’arrêter le moins possible en respectant au mieux les allures planifiées. Il faut donc tout gérer : la planification de l’hydratation, de l’alimentation, des éventuels changements de tenues selon les conditions atmosphériques. En seconde partie de course qui a lieu pendant la nuit il est important d’être assisté le plus souvent possible donc s’il fallait repartir sur des longues boucles ce serait pour le coup très difficile. Quant au bitume, cela favorise nettement la performance car les appuis sont fermes et solides.

L’échéance approche, comment te sens-tu physiquement et psychologiquement ? Retour à la compétition après une année difficile de blessures…
La préparation a été bien menée. Je reviens de grosses galères physiques, jamais très graves mais perturbantes et cela faisait un an et demi que je n’avais pu terminer une course. Je suis donc allé au Trail de la Côte d’Opale comptant pour le TTN il y a 3 semaines et à ma grande surprise j’ai réussi à terminer 4ème en étant 10ème à mi-course. Donc je suis prêt physiquement, surtout avec quelques semaines supplémentaires entre 150 et 200km sans problème d’assimilation. Je travaille également l’approche mentale car c’est l’autre composante vitale pour affronter un 24 heures. De ce côté également tout se passe pour le mieux, la confiance est là même s’il y a forcément de l’appréhension. Mais j’aime cette tension et j’ai hâte d’y être !

Quelle sera ta stratégie sur ce type d’épreuve ?
C’est la grande inconnue de ce type d’épreuve car il y a beaucoup d’aléas. J’ai établi une stratégie plutôt classique pour ce type d’épreuve qui consiste à partir sur une allure supérieure à l’objectif et à terminer à une allure moindre. Il faut résister à la fatigue et à la nuit, c’est la principale difficulté. Il y a 5 ans j’ai commis l’erreur de partir sur une allure trop lente or en me documentant il apparaît qu’une course idéale consiste à travailler sur un spectre d’environ 2 km/h d’écart entre le départ plus rapide et l’arrivée plus lente. Il faut maîtriser la « dégradation » lente et progressive. Simple à dire mais à faire…
J’ai un objectif en tête mais seule mon équipe d’assistants est au courant !
Comme il s’agit d’un championnat, je vais essayer de ne pas tenir compte des autres concurrents durant les 10-12 premières heures et ensuite je m’intéresserai éventuellement au classement. Il va falloir être à la fois sage mais ambitieux.

Xrun souhaite à Fred une course à la hauteur de ses attentes et nous avons hâte de connaître le résultat !