Christelle Daunay n’est pas seulement une des meilleures coureuses française de sa génération, mais est aussi une femme déterminée à revenir au meilleur de sa forme après l’abandon obligé aux Jeux Olympiques de Rio 2016. Xrun a l’immense plaisir de partager avec vous les paroles d’une athlète, d’une kiné qui porte nos valeurs. Elle revient sur sa performance au Marathon de New-York 2017.

 

Tu as repris les entrainements en 2016 après une blessure au tendon d’Achille lors des JO de Rio. Comment s’est déroulée ta convalescence ?

Dans un 1er temps, il a fallu accepter mentalement la déception de l’abandon des JO. Puis après une pause, j’ai débuté la rééducation de ma blessure avec un gros travail personnel en dehors des soins. J’ai pu rechausser les runnings mi décembre et me projeter vers 2017.

Pourquoi cette envie de participer pour la 5ème fois consécutive au marathon de New-York ? Quelle a été ta motivation ? Peux-tu nous livrer tes sensations pendant et après la course  ? 

Je me suis demandée ce que j’allais faire en 2017. Mon choix s’est fait naturellement vers la préparation d’un marathon. Je ne souhaitais pas arrêter sur une déception. Je n’avais jamais abandonné sur marathon. Je ne devais pas précipiter mon retour et prendre le temps de retrouver le physique pour affronter à nouveau la distance. C’est pourquoi j’ai fait le choix de New York qui se court le 1er dimanche de novembre, un des derniers marathons de la saison. D’autant plus que je le connais bien l’ayant couru déjà à 4 reprises. Je suis arrivée en bonne forme et j’ai eu de bonnes sensations. Cependant, la météo humide et vent de face pendant quasiment toute la course ont changé la donne. Nous sommes parties très doucement pendant 10 km puis le peloton s’est écrémé à partir du 15e km. De mon côté, j’ai perdu le contact au 23e km. En solo, j’ai regagné la ligne d’arrivée. Je pensais pouvoir revenir sur quelques filles mais ce ne fut pas le cas. Je termine 12ème en 2h32’09 et j’en suis satisfaite.

Xrun, s’attache au fait de faire collaborer un coach et un kiné afin de faire progresser ses Xrunners. Quel a été le déclencheur pour que tu décides de t’entrainer en solo depuis cet automne ?

En tant que kiné et athlète, je trouve très intéressant l’idée d’allier les 2 professionnels. Les 2 ont une vision et une approche de la course à pied différentes et surtout ils sont complémentaires. En tant que professionnel, nous avons également kiné et coach à nos côtés sauf qu’ils ne sont pas sur le terrain ensemble. J’ai décidé de m’entrainer seule sans entraîneur à partir de septembre 2016 car nous avons avec mon coach cesser notre collaboration après les JO. Après 10 ans, nous étions arrivés au bout de ce que l’on pouvait faire ensemble. Ma carrière étant plus derrière j’avais envie de me faire les plans d’entrainement.

Ton chrono (2h32min09sec) au marathon de New-York est tout proche des minimas (2h32) pour le Championnat d’Europe à Berlin. Sachant également que le Championnat du monde de semi-marathon est proche de quelques mois seulement, envisages-tu une qualification à l’une de ces courses ?

Je me fixe comme objectif les championnats du monde de semi marathon le 24 mars. J’ai 4 mois pour me préparer et retrouver la forme. Ensuite, je prendrai ma décision pour la suite.

Ton métier de kinésithérapeute et ta passion pour la course à pied ne font qu’un. Peux-tu dire que ton métier est au service de ta passion et vice versa ?

J’ai exercé 10 ans chacune d’elle. Ce sont 2 passions et 2 métiers que j’adore. Au quotidien, elles sont présentes en permanence. Elles sont complémentaires que ce soit sur le plan physique ou mental. Elles m’ont toutes les 2 faite avancer dans mon parcours professionnel et personnel.

Un petit mot de la part de la recordwoman de France du marathon (2h24min22sec en 2010) serait le bienvenu pour les Xrunners passionnés de marathon, que leur conseillerais-tu ?

Nous sommes tous passionnés et parfois on veut persister dans notre pratique alors qu’il y a un petit coup de moins bien ou une petite douleur. Écoutez vous et faites en part à l’un des professionnels. Il vaut mieux s’arrêter 2 jours tout de suite que 3 mois quelques jours plus tard parce que l’on a poursuivi les entraînements.

 

Xrun remercie Christelle Daunay pour ses mots à nos Xrunners et lui souhaite d’atteindre ses objectifs de l’année 2018 !